Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Bouygues au Turkménistan, une présence à toute épreuve Novastan | Bouygues au Turkménistan, une présence à toute épreuve
Bouygues Turkménistan Tribune

Bouygues au Turkménistan, une présence à toute épreuve

Active depuis 1993, l’entreprise de construction française a pu livrer plusieurs projets d’importance au Turkménistan malgré le Covid-19. Le Sénat, un hôtel flambant neuf ou encore des centres des Congrès ont été inaugurés en un peu moins de deux mois. En septembre, Bouygues a terminé la construction d’une tribune présidentielle monumentale et s’est vu confier de nouveaux chantiers.

Envers et contre tous, la relation qui unit Bouygues au Turkménistan semble entretenue continuellement par le président Gourbangouly Berdimouhamedov, qui n’est pas avare de contrats pour conserver la plus grande entreprise française dans le pays. En contrepartie, Martin Bouygues lui-même s’est déplacé dans le pays le plus fermé d’Asie centrale, en toute discrétion. Retour sur une histoire qui dure.

Au Turkménistan, c’est un acteur qui compte. En France, le pays n’existe pas. A première vue, la relation entre le Turkménistan et Bouygues Construction paraît peu importante. Le pays d’Asie centrale est le plus fermé de la région, tandis que l’entreprise française ne mentionne jamais le Turkménistan dans ses rapports financiers publics

Pourtant, la relation entre Bouygues et Achgabat est très forte. Le 27 septembre dernier, le président du groupe français Martin Bouygues a été reçu par le président turkmène

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec