Tous nos contenus en accès illimité !

Abonnez-vous

X

Le cheveu et la balance dans la main de l’homme Novastan | Le cheveu et la balance dans la main de l’homme
Bazar Hotan Xinjiang Région ouïghoure

Le cheveu et la balance dans la main de l’homme

Le linguiste et écrivain ouïghour Abduwali Ayup, exilé en Turquie, livre à l'occasion de la journée mondiale du droit des femmes un témoignage marquant mêlant voile, islam et patriarcat.

Abduwali Ayup est linguiste et éducateur mais aussi une personnalité publique ouïghoure, la population majoritaire dans le Xinjiang, une région du nord-ouest de la Chine. Il a été condamné à un an et demi de prison en 2013 pour avoir mobilisé la société ouïghoure afin d'ouvrir des crèches en langue ouïghoure. A sa sortie de prison, il s'est réfugié en Turquie et vit actuellement a Ankara.

Il a également rédigé une série de livres de langue maternelle pour les enfants de la diaspora depuis l'année dernière. Novastan a le plaisir de publier une traduction d'un de ses textes.

"Ce matin sur le chemin de mon travail, j’ai été attiré par un sujet largement débattu parmi les Ouïghours sur Facebook. Selon le post en question, les femmes seraient appréciées plus si elles se voilent davantage. Si les femmes se voilent au point où on ne voit même pas un seul cheveu, les hommes en garderaient précieusement s’ils retrouvent un seul cheveu . . .

 


...Le reste de cet article est réservé aux abonné-e-s de Novastan. Pour accéder à tous nos articles et soutenir le seul média français sur l'Asie centrale, vous pouvez vous abonner en cliquant ici. Vous pouvez nous essayer à partir d'1 euro par mois ! Vous pouvez aussi vous inscrire gratuitement à notre newsletter résumant nos articles, envoyée tous les lundis.

Déjà abonné-e ? Connectez-vous par ici.

 

Partager avec