Saïda Mirzioïeva fille président média NGO

La fille du président ouzbek va se lancer dans le non-gouvernemental

La médiatique fille du président ouzbek Saïda Mirzioïeva a quitté ses fonctions de directrice adjointe de l’agence étatique pour l’information et les communications de masse pour se lancer dans le « secteur non-gouvernemental ».

Saïda Mirzioïeva a annoncé le 29 janvier dernier sur sa page Facebook avoir démissionné du poste de directrice adjointe de l’agence étatique pour l’information et les communications de masse, en même temps que son directeur, Komil Allamjonov. La fille aînée du président ouzbek Chavkat Mirzioïev aura travaillé moins d’un an à ce poste, après avoir été nommée en avril 2019.

Novastan est le seul média en français et en allemand spécialisé sur l'Asie centrale. Entièrement associatif, il fonctionne grâce à votre participation. Nous sommes indépendants et pour le rester, nous avons besoin de vous ! Vous pouvez nous soutenir à partir de 2 euros par mois (défiscalisé à 66 %), ou en devenant membre actif par ici.

L’agence de l’information et des communications de masse a été créée par décret présidentiel le 2 février 2019 sur la base de l’ancienne agence ouzbèke de presse et d’information. Elle a pour but de faire la promotion de l’Ouzbékistan sur la scène internationale et de garantir la liberté de la presse dans le pays. La direction de l’agence, qui fait partie de l’administration présidentielle, est nommée par le président lui-même.

« Poursuivre des travaux dans le secteur non-gouvernemental »

Selon le canal Telegram du service de presse de l’agence, « le 29 janvier lors d’une réunion prolongée à l’agence, présidée par le chef de l’administration présidentielle Zainilobiddin Nizomiddinov, il a été annoncé que des demandes avaient été soumises à l’administration présidentielle concernant la poursuite des travaux dans le secteur non gouvernemental. L’administration a examiné et accepté ces demandes ».

Il n’a pas été encore annoncé quelle serait la forme exacte de ce nouveau travail dans le « secteur non-gouvernemental », qui laisse cependant penser à l’ouverture d’une nouvelle organisation non-gouvernementale (ONG). Du fait de leur départ commun, Komil Allamjonov et Saïda Mirzioïeva ont probablement des plans ensemble.

Vers une ONG sur la liberté de la presse ?

Pendant leur courte année à la direction de cette agence, ils se sont fait les défenseurs de la liberté d’expression et des journalistes et blogueurs ouzbeks, comme l’a souligné le directeur de l’administration présidentielle, Zainilobiddin Nizomiddinov dans le communiqué officiel de départ. Ce dernier « a salué la contribution personnelle de Komil Allamjonov et Saïda Mirzioïeva à la mise en œuvre des réformes démocratiques dans les médias, la protection des droits des journalistes et des blogueurs, l’amélioration de l’efficacité de l’interaction entre les chefs des organes de l’État et les médias, et leur a souhaité plein succès dans leurs futurs travaux pour le bien de l’Ouzbékistan. »

Envie d'Asie centrale dans votre boîte mail ? Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire en cliquant ici.

Cela laisse penser que leur action future au sein d’une ONG pourrait continuer dans ce secteur de la liberté de la presse.

L’agence de l’information et des communications de masse continue elle d’exister, même si sa nouvelle direction, très peu connue, devrait être moins exposée médiatiquement. Dilchod Saidjanov, auparavant un des adjoints à la direction, a été nommé à sa tête.

La rédaction

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! Si vous avez un peu de temps, nous aimerions avoir votre avis pour nous améliorer. Pour ce faire, vous pouvez répondre anonymement à ce questionnaire ou nous envoyer un email à redaction@novastan.org. Merci beaucoup !

Partager avec
Aucun commentaire

Ecrire un commentaire

Captcha *